Dans un hôtel particulier du XVIIIème siècle restauré, s’intègre avec bonheur une architecture résolument contemporaine !


Du 12 mars au 12 octobre 2018, le musée des beaux-arts de Cambrai était en chantier en vue de renouveler entièrement son parcours permanent Beaux-Arts,
après plus de 20 ans d’existence quasi inchangée.

Prenant place dans les espaces de l’ancien Hôtel particulier de Francqueville daté du XVIIIème siècle, les douze salles consacrées aux Beaux-Arts (peintures, sculptures, objets d’art) sont ainsi repensées dans leur totalité, de la sélection des œuvres à leur accrochage, de l’ambiance générale à leur muséographie. En prenant comme points de départ les spécificités mêmes du musée des beaux-arts, ses collections, son architecture, son implantation, tout en les revendiquant pleinement, ce nouveau parcours a pour ambition de redonner une identité forte au musée.

La thématique élargie du corps, celui du modèle, de l’artiste comme celui du spectateur, structure dorénavant la découverte progressive des œuvres et des espaces, du XVIIème siècle au XXème siècle, du 1er étage au rez-de-chaussée. La mise en lumière de la vie artistique cambrésienne, par son histoire et ses artistes, double ce nouvel axe. Le visiteur, alors devenu hôte, sera invité à déambuler dans un musée revisité, un musée-maison et un musée habité, forme d’entre-deux, oscillant entre dehors et dedans, entre social et privé, entre extériorité et intériorité, entre monde et intime.

Musée de Cambrai, 15 rue de l'épée 59400 Cambrai - Tél : 03 27 82 27 90 - E-mail - facebook

 

Accrochage de l’œuvre La Descente de croix (1785) de l’artiste cambrésien Louis Joseph Nicolas SAINT-AUBERT dans le parcours permanent

ŒUVRE ORIGINALE INSPIREE PAR LA MISE AU TOMBEAU DE P.P. RUBENS DE L'EGLISE SAINT-GERY DE CAMBRAI

En 2017, le musée des beaux-arts organise la première exposition dédiée à la famille d’artistes cambrésiens Saint-Aubert. A cette occasion, l’œuvre monumentale de Louis Joseph Nicolas Saint-Aubert (1755-1810), intitulée La Descente de Croix, copie originale de la Mise au tombeau de Rubens conservée à l’église Saint-Géry, sort des réserves. Parce qu’elle est une œuvre emblématique à plus d’un titre pour l’histoire de Cambrai, du musée et de ses collections, le musée des beaux-arts lance le projet de sa restauration – d’envergure - en vue de sa présentation permanente dans le nouveau parcours de visite Beaux-Arts. La Société des Amis du musée accompagne le musée des beaux-arts dans ce projet en participant entièrement à son financement. Après 6 mois de travail de restauration effectué par Vélia Dahan basée à Lille, l’œuvre a rejoint  les cimaises du musée, au 1er étage, dans la section intitulée « Le sentiment religieux », à quelque pas seulement de la salle dédiée à Antoine François Saint-Aubert, le père de l’artiste.

 

La Tête de la Grande Odalisque de Jean-Auguste-Dominique Ingres fait la couverture du magazine Connaissance des Arts de mars 2019

Le musée Marmottan-Monet à Paris (Patrick de Carolis, directeur du musée) organise, du 7 mars au 21 juillet,
l’exposition très attendue intitulée : « L’Orient des peintres. Du rêve à la réalité ».
Pour cette exposition, le musée des beaux-arts de Cambrai a été sollicité pour le prêt de l’œuvre de Jean-Auguste-Dominique INGRES, La Tête de la Grande Odalisque (vers 1814-1816), demande que nous avons acceptée.
La belle figure quittera alors pour quelques mois les murs du musée des beaux-arts pour une aventure parisienne.
L’œuvre sera présentée aux côtés d’autres, nombreuses, d’artistes tout aussi prestigieux des XIXème et XXème siècles tels que Delacroix, Matisse, Gérôme, Renoir, Vallotton, Kandinsky mais également Chasseriau, Marquet, Muenier, ces trois derniers artistes faisant également partie des collections du musée de Cambrai.

D’importance pour le musée emprunteur, l’œuvre du musée de Cambrai a été choisie pour la couverture du magazine Connaissance des Arts du mois de mars 2019. Une belle publicité nationale pour les collections de Cambrai !